Espionner ses voisins grâce aux drones en 3D

Espionner ses voisins grâce aux drones en 3D

admin No Comment
High-tech Multimédia

Les résultats d’une étude effectuée par des chercheurs américains ont permis de faire une grande avancée dans le système d’imagerie. En effet, si avant on ne pouvait pas voir l’intérieur d’un bâtiment que seulement par infiltration, aujourd’hui, il est possible de voir en trois dimensions ce qui se cache derrière les murs grâce à deux drones et un simple signal Wi-Fi. Au-delà de la simple curiosité de voir ce qui se trame chez ses voisins, ce système pourrait améliorer les activités de sauvetage en cas d’incendie comme l’écroulement d’un bâtiment, mais également assurer convenablement les missions de surveillance et d’inspection.

Expérimentation du système

Ce projet est à l’initiative de l’Université de Californie de Santa Barbara, piloté par le professeur Yasamin Mostofi depuis 2010. Son équipe et lui ont mis au point une technologie d’imagerie qui emploie les ondes radio Wi-Fi pour identifier des formes, des objets et signaler leurs positions. Cette expérience a permis de franchir les murs d’un bâtiment à travers une visite virtuelle. L’aboutissement des recherches de l’Université de Californie de Santa Barbara permet aujourd’hui de faire un grand pas dans la technologie moderne. Non seulement il s’agit de montrer toutes les possibilités d’exploitation de l’imagerie en 3D mais également de tester les différentes associations de ce système avec des appareils automatiques.

Deux drones et un Wi-Fi pour visionner à travers les murs

L’expérience nécessite en effet l’association d’un signal Wi-Fi avec deux drones, plus précisément deux octocoptères qui vont assurer un vol autonome autour du bâtiment à inspecter. Une fois le signal Wi-Fi déclenché, les drones géolocalisent chaque image en 3D grâce à la tablette Google Tango. Afin de déterminer la distance et positionner avec précision chaque objet, le signal Wi-Fi utilise la méthode RSSI ou Received Signal Strength Indication.

Leave a Reply